Une communication professionnelle positive

Le premier atout du Consultant-Formateur Indépendant est la qualité de sa communication. Plus que quiconque il doit être conscient de la portée de ses actes et de ses paroles.

Bien que la langue française soit riche d’un vocabulaire très important, de nombreuses expressions desservent la qualité de notre communication.

Grâce aux neurosciences, nous savons maintenant de manière certaine que le cerveau comprend les mots tel qu’ils sont dits. Il est donc primordial de dire ce qui est, plutôt que de dire ce qui n’est pas.

Concrètement cela nous demande de réviser les expressions que nous avons l’habitude d’utiliser pour réapprendre à parler positivement des choses.

Arrêtons de dire par exemple : « C’est plutôt pas mal » et disons plus exactement « C’est bien » où « C’est très bien ».
« Ce n’est pas vilain » = « C’est beau » ou « C’est joli »
« Ça ne dure pas longtemps » = « C’est très rapide »
« Ce n’est pas bête » = « C’est intelligent » ou « C’est bien vu » etc.

La langue française est remplie d’expressions dans lesquelles nous utilisons des mots qui sont exactement le contraire de ce que l’on veut dire.
Il en va de même des formules de politesse, pour lesquelles nous devrions en finir avec les mots « problème » et « soucis » et les remplacer par des expressions positives et agréables à dire comme à entendre. Car, nous le savons, notre cerveau va retenir en priorité les mots entendus.

On nous remercie, on nous demande un service… remplaçons les « Pas de problème » et les « Pas de souci » par un simple et aimable « Avec plaisir ».
Merci beaucoup > Avec plaisir
On se revoit mardi > Avec plaisir
Ça m’arrange bien > Avec plaisir
On se rappelle à ce sujet > Volontiers

Délicat et agréable, le plaisir est un mot et surtout un concept qui rend notre communication et nos relations constructives et bienveillantes.

Et à nous qui le prononçons, il nous rappelle aussi que nous avons choisi notre métier et notre manière de travailler. Ce qui nous est facile d’oublier quand la routine ou la fatigue nous gagne.

Parlons du verre à moitié plein, mettons l’emphase sur ce qui nous unit plus que sur ce qui nous divise, regardons ce qui fonctionne plutôt que ce qui dysfonctionne. Sortons de la tendance bien française à critiquer et “à râler”.

Écoutons notre langage quotidien et réinventons notre manière de parler. Trouvons chacun le vocabulaire constructif qui nous convient.

Le monde de travail étant de plus en plus tendu et difficile, nous gagnerons beaucoup à produire des relations de qualité. Et cela passe en premier lieu par le vocabulaire que nous utilisons tous les jours.

La fidélisation de nos clients passe aussi par le plaisir qu’ils ressentent à communiquer avec nous et la manière constructive et positive avec laquelle nous évaluons les choses.

Isabelle Montané
Vie&PROJETS



Partagez cette page :

Les commentaires sont fermés.